Matthieu Androdias

1 titre de champion du monde, 1 titre de champion d’europe, 12 titres de champion de France, 4 médailles et 8 finales internationales, finaliste olympique à Rio 2016… Rencontre avec Matthieu Androdias, rameur à l’Aviron Bayonnais.

Comment êtes-vous arrivé à l’aviron ?
Un peu par hasard et loin de toute idée de compétition. Mais j’y ai tout de suite fait de belles rencontres, j’ai attrapé le virus et je me suis consacré exclusivement à ce sport. A 18 ans, je suis devenu champion de France.

Et les performances nationales et internationales se sont enchaînées...
Oui. Si je dois garder un seul souvenir, ce serait les JO de Londres 2012. Parce que je ramais entre autres avec Adrien Hardy, le champion olympique de 2004, celui que j’avais en poster dans ma chambre ! Me retrouver “au même niveau” que lui était très impressionnant.

Quels sont vos objectifs ?
Ramener l’or de tous les Championnats de France jusqu’en 2020. Viser des médailles aux Championnats d’Europe (comme celle en or de cet été à Glasgow) ainsi que les titres de Champion du Monde (comme en Bulgarie début septembre). Mais le but ultime est de décrocher une médaille olympique à Tokyo en 2020.

L’aviron est un sport très exigeant. Quel est votre état d’esprit ?
Petit à petit, j’ai construit un physique et un mental. Aujourd’hui, j’aime ce sport car, tous les jours, il me renvoie à mes faiblesses et m’oblige à me dépasser. Chercher la petite marge, combler les petites failles, c’est ce qui me fait me lever.

Quels sont vos modèles - sportifs ou pas ?
Je badais toutes les stars de l’aviron français ! Aujourd’hui, mes héros sont mes coachs, ma famille, mes coéquipiers. La qualité de mon entourage m’inspire énormément.

Avez-vous d’autres passions ou loisirs ?
Je rentre cette année dans le monde du travail et je m’entraîne deux fois par jour… donc j’ai peu de temps pour autre chose. Ceci dit, l’astronomie, les sciences et la technologie m’attirent beaucoup. La culture et la langue japonaise aussi. D’ailleurs mon autre défi aux JO de 2020 sera de réussir à parler avec les locaux !

Quel est votre attachement au Pays basque et à l’Aviron Bayonnais ?
C’est mon lieu de vacances et de ressources depuis toujours. Et c’était une évidence de m’inscrire à l’AB car je connais bien le club, la ville, la Nive.

Une boutique préférée à Ametzondo shopping ?
Go Sport pour leur large choix, mais j’ai un faible pour les pâtes à tartiner du Comptoir de Mathilde !

Aviron Bayonnais Omnisports
www.aviron-bayonnais.asso.fr